L’ivresse déchirée de la forêt

il y a
1 min
47
lectures
7

Joueur de mots. "Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d'eux." (René Char)  [+]

Il m’est désagréable d’avancer dans cette forêt mais capté par sa profondeur j’avance en automate tels ces noirs insectes, à la tombée du jour, qui tapissent les murs de nos cités. La douceur de la mousse à mes pas, les vapeurs épaisses et sourdes envahissant les interstices de la nuit, le silence de la saison mourante, donnent à mon sourire forcé des saveurs étranges, inconnues de mon esprit pourtant exercé. L’alchimie du moment me laisse éperdu mais grain après grain je commence à savourer la plénitude tranquille de chaque seconde. Ivre de mon amnésie des arbres je me détourne du chemin dont la familiarité singulière est gage du destin auquel je me refuse.

Insensiblement la forêt m’imprègne de toutes ses essences, méticuleusement je me dilue en elle, je me sublime et l’envahit. Je ne disparais pas, je suis le souffle de la forêt.
7

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,