1
min

L’imaginaire fait tout

Image de Artvic

Artvic

6 lectures

2

Derrière vous je m’enchaine à vos bras qui me tiennent
Nos corps nus dans l’espace de cet instant à nous
Je vous laisse le champ libre aux images qui viennent
Percuter votre écran, l’imaginaire fait tout...

Mes mains passent sur vos jambes et remontent sur vos fesses
Un peu timides sans doute dans leurs gestes qui tremblent
Par crainte de vous faire peur je vous frôle d’une caresse
Sous l’échange d’un regard d’un désir il me semble

Qu’alors vous m’invitez à poursuivre le chemin
A faire battre votre cœur d’une vitesse oubliée
D’un baiser sur la tempe, rêveuse, je vous préviens
Qu’en amour avec vous, je souhaiterai vous emmener...

À toucher les étoiles jusqu’à en perdre vie
Et sentir en nos corps tous nos rêves assouvis
Alors sans plus attendre, permettez-moi aussi
De faire vibrer en vous vos désirs interdits...

J'avance entre vos jambes vous tenant à la taille
Je remonte deposant des baisers entre vos cuisses
M'enflamme d’une douceur votre beauté qui m’assaille
Et m’approche de votre mont où ma langue vient et glisse

Atteignant votre faille j’aspire votre clitoris
Là, vos soupires s’élèvent aux vapeurs de nos corps
Humidifiant vos lèvres pénétrant l’orifice
Cessant jusqu’à vous faire dire un somptueux Encore

Mon sexe alors tendu, là mes ailes s’envolent
Je viens doucement poser mon gland sur votre porté
Pénétrer votre clé et nos deux cœurs s’affolent
Et embrassant vos seins de votre âme déchainée

Dans une danse frénétique je deviens votre maitre.
Entre vos cuisses glisse, embrasant la fenêtre
L’ouverture qui suscite les envies de mon être
A vous donner plaisir sans nulle faute, commettre...

Dans une bascule folle vous m’envoyez valser
Dans un regard frivole, les règles...vous changez
Esclave de votre beauté, mon corps vous chevauchez
Et courbant votre dos, rien ne peut vous arrêter

Dans un va et vient lent, vous dansez à présent
A faire frémir mon être ou j’ai senti renaitre
Ce plaisir de donner à votre corps si brûlant
L’infini d’une caresse jusqu’à n’plus vous connaitre

Et mon cœur se suspend à toute votre éloquence
Faisant alors en moi réveiller un volcan
De sensations divines, mon cœur en haute fréquence
L’éruption se produit et je meurs dans l’élan

Nos deux âmes en sursis d’avoir goûté la vie
D’avoir été amant en touchant les étoiles
A ressentir l’amour qui traverse la nuit
Redéposant sur nous l’inoubliable voile...
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,