1
min

L’homme en habit rouge

Image de Patrice Merelle

Patrice Merelle

11 lectures

0

L’homme en habit rouge, je suis bien obligé,
D’y croire car je sens qu’il vibre en moi, la nuit.
Est-ce donc toi qui frappe à ma porte ?
Est-ce donc toi qui ronge et m’emporte ?

Dans les affres de la souffrance,
J’erre comme un enfant mort-né,
Et toutes ces bonnes mœurs en errance,
Qui s’assoupissent en perversité.

Il est là ! Devant moi.
Il m’appelle par mon nom,
Je suis en émoi, toi ?
Et ces substances, renon-
Sait !

Explique si tu peux !
Quand de mon trouble atteint,
Je n’ai rien lu et je veux,
De vous, enfer en faim.

L’homme en habit rouge, je suis bien obligé,
D’y croire car je sens qu’il vibre en moi, la nuit.
Est-ce donc toi qui frappe à ma porte ?
Est-ce donc toi qui ronge et m’emporte ?

Toi qui créé par l’esprit, tout mon mal-être,
Toi ! plus vivant que la matière, être
Et avoir vécu les affres de Dante
Et toute cette chaleur qui me tente ?

Il est venu vers moi.
Il m’a choisi par son nom,
Je suis né en toi, moi ?
Et ces substances, renon-
Sait !

Je suis infatigable,
J’observe atemporel,
Mon corps à l’ombre d’elle,
Quand je me mets à table.

L’homme en habit rouge, je suis bien obligé,
D’y croire car je sens qu’il vibre en moi, la nuit.
Est-ce donc toi qui frappe et qui s’enfuit ?
Est-ce toi qui m’emporte en ton été ?

© Patrice Merelle 13-10-2013

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,