2
min

L'hirondelle et les perroquets

Image de Jennifer Lequin

Jennifer Lequin

7 lectures

0

Dans une jungle aux parfums exotiques,
Où les majestueux félins côtoyaient les miséreux oisillons au regard erratique,
Trois perroquets se prélassaient en vantant leurs multiples attributs,
Effectivement tout les portait à être d'eux-mêmes imbus.

Le premier d'entre eux possédait une voix enivrante ,
Aux accents chaleureux et à l'intonation chavirante,
Lorsqu'il chantait tous les animaux s'attroupaient pour écouter ce superbe récital,
Et ce volatile se redressait alors d'un air goguenard et claironnait un air du haut d'une branche qui lui faisait office de piédestal.

Le deuxième de ces oiseaux arborait un plumage des plus rayonnants,
Bigarré, soyeux, étincelant, sublime, chatôyant,
Telle était la profusion de mots qu'employaient les autres animaux pour décrire cette splendeur,
Et, fat, le superbe volatile s'empressait de tournoyer incessamment, si comblé par son succès que des heures durant il demeurait rieur.

Le troisième, quant à lui, excellait dans l'art d'apprendre et de s'imprégner de multiples souvenirs,
Lors de paisibles soirées au cœur desquelles n'était pas même audible le plus ténu des soupirs,
Tant l'attention sur cet oiseau de couleurs au cerveau de lumière était portée,
De ses connaissances les plus brillantes cet intellectuel faisait l'exposé.

Et non loin de ces cabotins et spectaculaires volatiles,
Se tenait une hirondelle fort gracile.
Pas un bruit elle ne faisait, pas l'ombre d'une frêle feuille elle ne déplaçait,
Lorsque ses ailes dépourvues de couleur elle mouvait.

Il va de soi que cette infortunée hirondelle, par sa grande discrétion et son immense effacement,
S'attira à une vitesse foudroyante les foudres de ces exubérants perroquets, qui lui adressèrent les reproches suivants expressément :
« Toi ! Ridicule oisillon ! Si ton cerveau est aussi dépourvu de neurones que ton plumage de couleurs ,
Alors tu fais bien de te faire discret et de dissimuler ton répugnant visage empli de laideur ! »

Les jours s'écoulaient ainsi paisiblement,
L'hirondelle planait, sourde aux quolibets que les perroquets lui assénaient sournoisement,
Ce manège aurait pu ainsi perdurer des années,
Si une arrivée incongrue n'était pas venue cette monotonie troubler.

Effectivement, un attroupement de bipèdes était parvenu en ces lieux, bourrus et violents,
De leurs voix criardes et grossières ils clamèrent les mots suivants :
« Bah faut qu'on la remplisse notre animalerie !
C'est qu'il nous faut de belles bêtes si on veut attirer la galerie ! »

Ce groupe de bipèdes parvint bien vite auprès des trois splendides perroquets,
Et accoururent bien vite pour les capturer,
Sourds aux vociférations des volatiles furieux et confus,
Ces individus eurent tôt fait de les enfermer dans des cages étroites et biscornues.

Les trois oiseaux vécurent alors une existence des plus pénibles,
Le perroquet à la superbe voix fut adopté par une vieille femme sénile et irascible,
Le volatile d'une extrême beauté fut retenu captif par une fillette qui l'enserrait à l'étouffer ou le laissait pour mort selon ses caprices,
Il va de soi que la vie du spirituel oiseau, condamné à errer incessament dans un cirque effarant par sa lourdeur, ne s'apparenta nullement à un délice.

L'hirondelle connut un sort bien plus réjouissant,
Elle eut le loisir de contempler sa vie durant le paysage ravissant,
Sa vie demeura humble, sa personne banale, méconnue et sans grand attrait,
Toutefois sa liberté, délicieux présent, ne lui fut jamais retirée.

Apprenez, humains cabotins, imbus de vous-mêmes et désireux d'exhiber votre science,
Que le plus discret, le plus humble détient parfois de la vie la véritable essence.
N'utilisez pas vos attributs pour susciter chez vos comparses l'admiration,
Faites briller vos qualités, pas votre réputation.

De plus, sachez bipèdes, bien que ce soit votre propre voire votre passion,
Que les qualités d'autrui ne peuvent pas devenir votre possession,
N'agissez point comme des abeilles soucieuses de pomper le miel de vos comparses,
Mais faites au contraire que votre propre existence douce se fasse.

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,