23 lectures

3

De la naissance douloureuse au terminus indécis,
On s’élance à la surface, dans la frénésie.
Autant de Cassandres qui serpentent tout alanguis,
Dans les poussières des cendres de ceux qui ne sont plus en vie.

Les corps séquestrés au cœur d’espaces bien délimités,
Les esprits sous contrôle obéissent aux dictées,
Et les âmes possédées sont sans espoir de sainteté.

De la conscience douloureuse à l’éveil tant espéré,
On esquive à la surface les chocs et les brasiers,
Autant de vagabonds qui piétinent, dévoués,
Dans les vapeurs suffocantes, les débris et les déchets.

Les corps se déplacent et foncent au cœur d’espaces embrasés,
Les esprits sont confus, le doute s’est installé,
Et les âmes apprécient ce soupçon de lucidité.

De la transe douloureuse à la délivrance exaltée,
On contemple à la surface cette île indomptée,
Autant de séditieux qui veulent se délivrer,
En suspens, confiant dans l’air paisible et oxygéné.

Les corps se reposent, se dissipent, la pesanteur aussi,
Les esprits sont conscients et s’abandonnent ainsi,
Et les âmes savourent enfin ce ravissement infini.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une poésie d’une grande beauté ! Une invitation à venir découvrir “Didi et Titi “ qui est en lice pour le Prix Faites Sourire! Merci d’avance !
·
Image de Amelie de Paoli
Amelie de Paoli · il y a
Super !
·
Image de Jonathan Perdrieau
Jonathan Perdrieau · il y a
Merci, je peux me permettre de vous demander de quelle manière vous ressentez/comprenez ce texte ?
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème