L'espace entier sous mes paupières closes s'illuminait soudain...

il y a
1 min
33
lectures
0

Sans Dieu, ni maître. C'était l'hier d'un demain. Un monde étrange où vivent les ombres perdues, elles avaient dans leurs poches toutes les étoiles cueillies dans ce labyrinthe de sang et de  [+]

Sur ma peau, je savais ce noir de la nuit qui pesait comme un poids mort. C'était un de ces soirs indestructibles, un soir lourd et douloureux comme un chagrin éternel, un soir que j'aurais aimé poignarder et voir se vider de son sang étoilé...

Léger, léger, léger, vider ce soir, vider ces soirs, se vider, disparaître...

Cet espace rempli sous mes paupières closes. Ce visage parfait couleur vert tendre comme l'éclosion des bourgeons, des rides douces comme de petits cours d'eau tranquille, cette bouche aux lèvres rouges coquelicot, ces cheveux roux brillant semblant planer comme de merveilleux oiseaux et sur ces paupières closes, la sagesse se reposait. Je me suis nourrie de chacun de ses silences pourtant...

J'ai déchiré violemment chaque point de l'habit de nuit mais j'ai cédé. Le sommeil est un traître, l'endroit terrible ou vivent librement et éternellement les souvenirs...


0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,