L’escalade des rendez-vous détruits

il y a
1 min
62
lectures
12

Joueur de mots. "Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d'eux." (René Char).

L’herbe frissonne encore des reliefs du combat. Qui rampe ici vers un espoir aveugle oublie jusqu’à sa chair. Le bras tendu qui tremble interpelle les cieux et retombe vaincu. Une larme est figée au coin de la paupière et dans l’œil rougi vacille une lumière qui perpétue le songe où des femmes aimables célèbrent le héros qui revient des enfers.

Ô tombeaux de poussières ! Ô souvenirs de vie ! Que de sève fauchée qui emplit les chemins et fige sur la glaise !

Le lent crépuscule d’été, tranquille tout comme ceux qu’on savourait hier, recouvre la plaine, estompe les contours des formes allongées. Et la nuit peu à peu efface la mémoire.
12

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !