L’Ange Noir

il y a
1 min
28
lectures
4

Lecteur et esthète insatiable, épris de belles sonorités, d'images puissantes et vives ; esprit curieux, je suis un amoureux des contrastes harmonieux. En espérant que mes écrits pourront plaire  [+]

Il aveugle la raison, déchaîne les passions ;
Par lui, les êtres fraternels, insouciants,
Deviennent en moins d’une saison
Des ennemis mortels, inconscients.

Il dirige, manipule, tel une muse
Grisante, corruptrice, perverse,
Et de leur vertu abuse,
Morcelle leur âme et la disperse.

De son abject et sombre sein
Coulent de troubles breuvages
Dont se repaissent les sauvages,
Les traîtres et les assassins.

Créature brute, violente, aigre et forte
Aux mains tellement noircies
Et sans cœur, pas même endurci.
Il ne laisse jamais entrouverte aucune porte.

Sous le poids de l’arrogance il forcit,
Gonfle ostensiblement et ainsi annonce
Tel un prophète, une catastrophe qui couve.
Fléau avide, jamais il ne renonce.
Dans l’esprit chétif, accroché comme une douve,
Il aspire l’espoir, les passions et les tourments.
Toujours il trouvera un stratagème
Pour que, à tout moment,
Ses réponses parent tous les dilemmes.

Cette bête déploie ses ailes d’une noirceur aveuglante
Sur ceux qui contre elle n’ont pas été préparés,
Les tétanise et pétrifie leurs pensées chancelantes :
Le courant de l’obscurantisme détourne tranquillement les esprits égarés.

Cette bête, issue des profondeurs de l’âme
Aliène son frêle organe et le rend infâme
Puis prend les armes et noie dans des torrents de larmes
La vie de ses semblables, une fois épuisés tous ses charmes.

Gare à ceux qui férocement la prônent
Car ils ne veulent qu’asseoir leur trône.
Il est inquiétant qu’aujourd’hui, on écoute avidement des oraisons
En piétinant la parole saine et sereine issue de la raison.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,