L'âme Isère

il y a
2 min
147
lectures
21
Qualifié

(22 ans) Voyez Alfred de Musset : il y a dans ses poèmes une sensibilité, une verve, un sentiment des choses qui me touchent au plus profond. Aucun accent humain ne m'a jamais parlé si bien que ... [+]

Image de Short Paysages - 2016

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

'Lente et belle introduction musicale. Quelques notes soufflées par les vents, douce complainte des violons dans les hautes octaves, jusqu'à l'arrivée tressautante d'une nouvelle mélodie... Berceuse infiniment mélancolique et calme...'

Au bord de l'Isère, la ville endormie laisse encore rêver son sommeil de roses par le chant inlassable des Dauphins en fontaine. Les champs, caressés d'un premier rayon de lumière, s'éveillent au jour dans les alpages.
Les bêtes à leur pâturage, le torrent qui murmure au creux de la nature, et bientôt dans les cols, le double écho des cors des Alpes à deux bergers qui se saluent...

'Les cors en sourdine, sur un fond léger et sautillant des vents s'en vont ensemble crescendo vers un puissant, frémissant et magistral accord !'

Les sommets enneigés émergeant peu à peu de froid et de soleil, imposent alors au monde leur majesté souveraine. Quelque part un clocher s'égaie, la vie reprend ses droits, et un peintre assistant au déploiement sacré du paysage matinal, contemple son pays de haut de La Tour.

'Puis se profile le thème, l'idée fixe, mélodique, chantante, émerveillée, adorante et conquise, osant à peine croire à la Beauté qu'elle idolâtre en silence.'

C'est la fleur des champs qui flâne dans les herbes folles... libre et fluette. La nature est à ses pieds, et protège l'insaisissable coquette de tout prétendant. Indifférente belle aux extases adoratrices d'un pauvre insecte épris !

'Alors l'idée fixe revêt d'autres contours. Transi d'adoration ignorée, l'amoureux thème musical s'émeut plus vivement, se laisse peu à peu emporter au gré d'une âme orchestrée d'un sentiment fiévreux. Souffrant, exalté, enflammé de désir et de vénération, clameur d'extase, cri d'amour ! Cri de douleur et d'ardeur inassouvie ! O passion du cœur et déchirement d'âme ! Amour, Beauté, Musique !'

Et le ciel se déchire d'un grondement de tonnerre ! Nuages noirs d'orage, foudre, éclairs s'abattent ensemble sur les sommets pour s'écraser au-dessus des vallées en une extraordinaire explosion céleste ! C'est la ville sous une pluie sanglante de tuiles rouges, ou bien au creux des cols la frénétique clameur qui suit comme un seul dévot l'ombre géante d'un petit homme.

Mais c'est surtout, là-bas, au fond de l'immense paysage, un homme plus petit encore, un enfant, qui s'élance éperdu dans la tempête, les bras grands ouverts aux vents et au déluge, pour se jeter dans le décor titanesque des Alpes en furie, ses cheveux rouge feu ébouriffés d'orage. Et son petit visage inondé offert aux foudres du ciel, leur abandonne sous ses yeux fermés un sourire ivre fou de douleur et de ravissement ! Rêves d'amour, rêves d'Art, ô Stella montis ! Étoile des montagnes ! Estelle ! L'enfant succombe sans défense à cet état grandiose de pauvre Némorin ! Et dans sa tête résonne toujours la même mélodie, enivrée et sublime... L'Idée fixe... Obsédante idée fixe contre qui un enfant de douze ans n'a plus la force de lutter. Oh, dans l'épouvantable vertige des montagnes en colère, quelle frénésie ne peut donc s'épuiser ? L'enfant se laisse tomber à terre, en un rire euphorique. Hanté, toujours hanté, de la même mélodie, il attend que résonne au fond de la tempête son glas, ou un Dies Irae...

'La lutte s'achève, l'orchestre retombe à terre dans une chute violente, et lentement, porté par un insondable decrescendo -longs accords pénétrants, derniers murmures d'une tendresse trop infinie - agonise douloureusement le premier mouvement de la Symphonie Fantastique.'



(Paysages d'Isère, naturels, artistiques, musicaux... la magie d'une âme !!)
21

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,