L'Alexandrin

il y a
1 min
272
lectures
38
Qualifié

J'écris à mes heures perdues, sur trois bouts de papier au terminus de mon bus pendant la pause de petites histoires du soir, et j'aime partager ces petits textes avec vous  [+]

Image de Eté 2016
Sous la poussière, dans un tiroir, on m'a rangé
Spadassin sans combats aux rêves écornés
Je me demande souvent où s'enfuit mon passé

Je rêve encore, parfois, en formules désuètes
Je revois ces combats, ces escrimes d'esthète
Racine ou bien Corneille, nous en avions le choix

En ces temps de carnage au nom d'une autre foi
Je ne sais plus crier le verbe qui m'étouffe
Je ne veux plus prier tant me manque le souffle

Nous étions si nombreux en arrivant au port
Nous allions courageux, valeureux et si forts
J'entends un peu plus loin de pâles cris d'effroi
Quelle est donc cette époque ? Je ne la comprend pas !

Où sont tous les héros ? Leurs épées de papier ?
Leurs si beaux idéaux ont été mitraillés
Pourtant je rêve encore, en rimes, en versets
Là s'épanche l'amour noyant le sang versé

Oui nous vaincrons toujours, quand bien même, harassés !
Nous sommes si nombreux à dormir au grenier
L'idéal au fourreau, tout prêt à dégainer
Je me demande souvent où s'enfuit mon passé.

38

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Le petit balayeur

Johan Jacqueline

Il est six heures du mat’, Paris s'éveille avec la gueule de bois. C'est son moment, au petit balayeur, il a sauté dans le premier métro. En passant l'tourniquet, il n'a pas oublié de saluer le... [+]