Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

il y a
2 min
78
lectures
19

Bonjour à tous et toutes. Moi, c'est AL, 55 ans, pas toutes mes dents à l'instar de mon clavier auquel il manque des touches (mais je me débrouille), venue par chez vous raconter des histoires  [+]

Quelque chose d'emprunté.

La chemise d'hôpital. Il en voit le reflet sur l'écran de la télévision. Il se voit, allongé là. C'est une petite chambre aux odeurs de trop propre, de trop seul, de trop blanc. Les draps. Les oreillers. Le plafond. Le peu qu'il voit des murs. Les rideaux en lamelles. Pas le même blanc partout, mais tout de même pareil. C'est un blanc anonyme, c'est un blanc de silence, pas un blanc de pureté, pas un blanc de douceur. Une chemise d'hôpital et un lit de malaise.

Quelque chose de bleu.

L'hématome dans son dos. Celui dans sa colonne qui l'empêche de bouger. Celui qui ne part pas, qui le laisse à la merci de toutes ces mains bienveillantes mais pressées, qui le lavent, le retournent, remontent ses oreillers, qui lui donnent à manger.

Le bleu d'un coin de ciel après qu'il soit tombé, après qu'elle l'a poussé.

Le bleu des gyrophares quand ils sont venus le chercher.

Les bleus qu'on ne voit pas, ceux qui sont dans sa tête, toutes ces phrases qui l'écorchent. Sa collection d'insultes.

Les bleus qui sont passés, sur ses bras, sur ses jambes, traces de poings, de ceinture, des coups, des coups partout, qui se sont effacés. Dont il ne peut parler.

Quelque chose de vieux.

La honte. Ce morceau d'elle qui les relie. Cacher, toujours tout cacher, le lourd secret de son corps abîmé, de son esprit tailladé. C'est son image, et dans les yeux des autres par pitié ne pas y voir de pitié. C'est son image à elle aussi, l'ange public et le démon privé, rien qu'à lui, tout à lui. Comment ne pas la croire quand elle lui dit avec ces mots perçants, tranchants, cassants, qu'il est lâche, qu'il est bête, qu'il ne vaut rien du tout car s'il était un homme...

Quelque chose de neuf.

Ce vide sans douleurs. Le début du sevrage. Parce qu'elle est comme une drogue, du sucre empoisonné.
Comment continuer à écrire cette histoire quand il n'y a plus d'amour, que la rivière d'espoirs s'est finalement asséchée ? Mais le venin est là, sous sa peau, dans son corps. Entre les coups leurs corps qui redeviennent ces vaisseaux de caresses, de plaisir, de tendresse. Entre les jets d'insultes les yeux éblouissants, les yeux clairs adoucis broyant sa volonté. Et sa belle bouche à elle, enfin lassée de mordre, détruire, déchirer, cette bouche tellement rouge, aussi tentante et dangereuse qu'une pomme de sorcière. Tout son corps en réclame le silence, les lèvres s'ouvrant sous les siennes, la noyade un peu plus avec chaque baiser, chaque promesse creuse, chaque pardon qui emporte avec lui un autre morceau de sa conscience, qui tue toute sa dignité.

Il est piégé sur ce lit, et il ne peut même plus pleurer.

19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !