Jours sans amour

il y a
1 min
45
lectures
10

Je suis un être plutôt instable, un tantinet introverti.Mon gout néanmoins principal va à la poésie, de préférence gaie, limpide, évidente, sans trop de mystère, compréhensible aisément  [+]

Boostée par la poussée des inexorables secondes
Qui, à peine nées, sont déjà moribondes,
La petite aiguille du jour est déjà à sa verticale,
Signal de la fin d'une habituelle matinée banale
Où chacun est resté dans son chenal.

Nos chenaux qui s'abîment dans leur brume
N'ont aucune berge commune .
Puisse, du soleil , tomber un rayon rédempteur de lumière
Pour les réunir dans le lit d'une commune rivière.

Durant le reste de la journée pesante de silences,
Nos ombres se sont côtoyées dans une totale indifférence.
Au fil des heures, à l'aune du soleil, elles se sont allongées
Sans pour autant jamais se toucher.

Qu'au zénith, le franc soleil coule son airain,
Que, sur la vitre, la pluie insidieuse tambourine son refrain,
A ne voir que ta nuque et ton dos,
Dans mon cœur sec, il ne fait jamais beau.

Jalouse, racée tigresse,
Elle me tenait en courte laisse.
Aphrodite aux appas de sirène,
Je chavirais...mais dans son Éden.
Corps non défendant, je lui appartenais,
J'étais son objet, son hochet,
Évident carcan... mais de félicité !
Fut-ce un péché de l'avoir ébréché
Par besoin d'un peu plus de liberté ?

Immédiate vengeance sans rémission,
Elle s'est dressée en bastion,
Aux douves profondes
Où l'insensibilité abonde.
Sa gorge, les fruits de ses seins
Se sont mués en oursins
Et pour se barder encore plus,
Ses crinières se sont érigées en cactus.

Je ne sais plus aller vers elle,
Craignant la brusquerie
D'un geste rebelle,
Voire une furie !

Un énième jour, las, empreint d'empathie se couche,
Témoin qu'aucune parole n'ait franchi le seuil de sa bouche.
A l'infini, sur l'horizon, la lie de son ciel bas est morose,
A portée de ma main, de mon envie, sa porte restera close.

L'amour, une charge croqueuse de liberté ?
Son absence, à coup sûr, une infirmité !

10
10

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Ben dites-donc, c'est pas la joie... mais l'écriture étant salvatrice, cela va aller mieux, et puis mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e).
Image de Duje
Duje · il y a
Bien d'accord !
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
joli texte, pas gai-gai. Remets-toi vite, mon Duje, et attention aux cactus comme disait Jacques Dutronc !
Image de Duje
Duje · il y a
Pris note , un coup de talon et j'émerge OK !
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Le thème du bastion imprenable revient, douves profondes, pont-levis relevé, et c'est toujours aussi bien écrit.
Image de Duje
Duje · il y a
Oui , une redite de "Souviens-t'en" .
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Relire l'Illiade et commencer à construire un cheval de bois. Rien de tel pour les bastions inexpugnables.
Image de Duje
Duje · il y a
Je ne crois pas à un tel forceps !
Image de Marie
Marie · il y a
Sans concession !
Image de Duje
Duje · il y a
Pourtant aimons-nous vivants comme je l'ai déjà écrit !
Image de Flore
Flore · il y a
Un petit coup de désamour, un grand moment de blues....
Image de Duje
Duje · il y a
Encore un texte resté coincé durant plus d'un mois . Qu'est-ce qui cloche ? La description de ce désamour est probablement mauvaise ? Je vais mettre les pouces !