Jours d’orties, nuits de ronces

il y a
1 min
30
lectures
8

« Ecrire c’est creuser dans du noir ». (Guillevic) « Ecrire, c’est dessiner une porte sur un mur infranchissable, et puis l’ouvrir ». (Christian Bobin) Du noir à la lumière  [+]

J’habite un doute clos

Naître déjà trop tard
dans un matin trop vieux
pour croire l’aube nouvelle

Il faut
en litanie

Le choix même n’est plus

Le regard appartient
à un autre courage

Voir
n’importe plus

Savoir
importe peu

Accepter l’immobile
dans le silence aveugle


***

Accompagner la feinte
sans traverser le mur

Donner un autre nom
au sang de chaque pierre

Mais rien
de cet appel
que le vide éconduit

Rien
de ce froid intense
au centre de la chute

Les mots ne s’osent pas
à retenir l’écho
d’une vie qui se crie
en béance durable
hors de son apparence
8

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie MOS
Marie MOS · il y a
Un moment de détresse et de blues?
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Oui aucune rémission dans cet espace ni aucun espoir de lumière à voir dans ces mots qui osent dire le néant.
Votre écriture avance en cherchant quelque chose qui ne se trouve pas.

Image de Adrien Voegtlin
Adrien Voegtlin · il y a
Très beau !

Vous aimerez aussi !