1
min

Jeannot

Image de Peter Reijnen

Peter Reijnen

2 lectures

0

Il arpente les routes vicinales de la France profonde,
Il zigzague, évite les nids de poule,
Son drôle de tricycle est lourd.

Il a un peu faim,
Les côtes de la province, si longues.
Parfois... souvent...
Il y aurait-il, dans ce fichu pays,
Plus de montées que de descentes?

Bientôt à court de carburant,
Car le cubitainer est bien trop aplati,
Par une veillée bien trop solitaire.
'La villageoise'* s'est enfuie, sans lui.
Dommage... Bizarre,
Il ne se souvient plus...

L'odeur écoeurante du maïs en fleur,
Lui tape sur ce qui lui reste,
De système nerveux,
Il préfère l'amertume des châtaigniers...
Puis, il y a ce fichu cagnard!
A quand donc, un nouveau clocher en vue,
Piètre balise consolatrice?
A quand, le prochain village?
Il y garera son drôle de véhicule,
Pour une matinée au moins.

Durant tout ce chemin,
Il aura tenté d'aiguiser son discernement,
Mais maintenant,
Sur la placette de la petite bourgade,
Il prendra soin du trancheur, du pareur et du désosseur,
Le boucher laissera son fusil à la maison...
Puis viendra la couturière avec ses vieux ciseaux...
Faudra se la farcir, la vieille mégère.
Le vieux maçon aussi, lui montrera son schlass,
Haussant un peu ses larges épaules, gêné.
'Oh là là, qu'est-ce que c'est ce travail!
Emoudre ça, c'est pas gagné!
Ah mon pôvre,
Comment aiguiser ce vilain burin?
Un couteau, c'est pour couper le saucisson,
Pas pour touiller ton fichu béton!'
L'est vrai que le fil n'est guère plus tranchant que le ricasso**!
Puis,
Un gamin s'avancera, timidement.
'Donne moi ça, je vais te le faire chanter, moi, ton Opinel!'
D'un coup de pédale, la meule aura vite récupéré le tranchant,
Ne laissant qu'un peu de morfil,
Rapidement ébarbé sur le vieux tablier en cuir,
Tiens, dégage maintenant! Lui lancera-t-il d'un clin d'oeil complice.

.....

Son maigre visage est comme fendu en deux,
Non qu'il se fende tant la poire, non,
Balafré au cours d'une rixe sanglante,
Pour une Rose, une Marguerite, une Anémone,
Une autre belle plante, peut-être.

Il est treize heures,
Il s'en revient de la petite épicerie,
Avec son tonneau de cinq litres,
Quelques boîtes de sardines,
Une miche de pain...
Tout est posé dans la vieille caisse en bois,
Attachée avec de la grosse ficelle,
Au cadre rouillé du drôle de vélo.
Il se roule un p'tit gris,
Remonte en selle,
Un premier coup de pédale,
Puis, le vlà reparti,
Pour un autre clocheton à l'horizon,

Jeannot,
Le rémouleur.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,