Je suis triste

il y a
1 min
106
lectures
30

《 Partagé entre agriculture et écriture, ma plume s'est posée sur une terre fertile, et avec elle, rime ma belle vie de polygame. L'écriture est la voie royale vers la discipline où chaque pas  [+]

Je suis triste de voir mes enfants divisés, tacher ce modèle de vivre ensemble par de vieilles rancunes.
Je suis triste de voir un bras valide l’instant d’après dévoré par des propos haineux.
L’innocence jetée en pâture, prise en otage par des vandales à visages voilés pour leur mission de pousser l’armée à enlever le cran de sûreté.
Provoquer le massacre d'un peuple non violant, l’invité, le bouc émissaire malheureux : « Pendant qu’il tombera sous les balles nous repartirons sur nos cortèges de mort, une révolution naîtra. »
Qu’avez-vous fait de ma dignité ?

Je suis triste de voir des vies volées par des langues assoiffées de sang.
Qu' « après nous il eut d'autres » qu’on milite pour qu’ « après nous ce soit le chaos » Est-ce votre manière de m’aimer ?
Je suis triste qu’après vingt-neuf ans de démocratie ma classe politique ait échoué face aux défis de la lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes. Mr le président Patrice Talon et si le vrai problème était justement là ?
Je suis triste que des médias internationaux salissent mon emblème à cause du manque d’humilité de toute ma classe politique. Je n’appartiens pas qu’à vous mais à onze millions d’âmes qui vous avaient ou vous ont confié ma destinée et ma réputation.

Je suis triste qu’à cause de l’orgueil et de l’égoïsme, que certains de mes enfants ont préféré le jusqu'au-boutisme au respect des lois, des compromissions au consensus, des menaces au dialogue.
Je suis triste de voir ma jeunesse, recrutée via des annonces sur les réseaux sociaux, intoxiquer et appeler à la révolte, à l’insurrection, à la désobéissance civile. Ai-je si peu de valeur à vos yeux ?
Je suis triste de voir mes dignes fils Mgr Isidore de Souza et le Général Mathieu Kérékou se retourner dans leur tombe en vous observant, un jour comme eux, vous irez rejoindre vos ancêtres. Que leur direz-vous ? Quel héritage laisserez-vous dans la mémoire collective de mes fils et filles ?

« Je suis le Bénin, pays des amazones
Un grand pays fort et fier de ses racines
Qu’importe les montagnes de tensions qui s’avivent
Mes terres vivront toujours sous un ciel de colombes
Bouchez la jarre trouée reçue de vos aïeux si vous en êtes dignes
Nourrissez la flamme de la paix »
#Bénin1etindivisible
30

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !