Isère

il y a
1 min
65
lectures
35
Qualifié

Lire, écrire et partage  [+]

Image de 2017
A chaque seconde ta pupille modèle sans chimère,
Une nouvelle architecture, toi fière cavalière,
Tu dessines le haut des montagnes, ces mobiles conférencières,
Tu peins Grenoble, qui s'en va, s'en vient dans la lumière,
Tu remplis les lacs des larmes de ton corps, de ta vie ils sont la lisière,
Tu cours après la faune, la flore, tes artères nourricières,
Tu captures les brumes de l'aube, dans cette nature princière,
Tu hurles après ces rivières, qui courent sans jamais revenir en arrière,
Et qui finissent par épouser en vitesse, les cimes altières.
Isère, c'est toi seule, qui boxe ton atmosphère.
35

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,