Il n'y a plus de ricochets

il y a
1 min
1
lecture
0

Boris Vian : "Un homme digne de ce nom ne fuit jamais. Fuir c'est bon pour les robinets."  [+]

Il était bien trop tôt pour aller au café
Il était bien trop tard pour retourner chez moi,
Et j’avais bien trop bu et les autodafés
S’enchaînaient sur le pont où j’errais sans émois.

La Seine sous mes pieds comme un bon matelas
Où j’aurais pu dormir, pour toujours et encore,
La sirène qui chante par-dessus mes hélas,
Le réverbère au fond de l’eau comme de l’or.

Et j’ai sauté, sauté, sauté comme une étoile
Filante et j’ai sauté, sauté, sauté, filou,
Et j’ai sauté pour dire au monde ses tabous

Et j’ai sauté, sauté, sauté, comme un vieux pou
Aigri, et j’ai sauté, sauté, sauté, à poil,
J’ai sauté pour quitter ce radeau sans sa voile.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !