1
min

Il ne reste qu'à se tatouer avec des débris de cœur brisé

Image de Pauline Métais

Pauline Métais

0 lecture

0

Il y a de grosses larmes salées
Tout au fond de mes pensées.
Je les sens bouillonnantes,
Prêtes à tout détruire sur leur passage.

Moi, la petite fille si sage,
Prête à devenir si violente.

Elles restent bien cachées, les coquines,
Tout au fond de mon âme en peine.
Cette vie que je vis me chagrine
Et je paierai cher pour briser mes chaînes.

À l’intérieur, il y a comme un ouragan,
Immense, destructeur et si puissant
Qu’il s’apprête à me détruire.

Alors, c’est ça grandir ?
Devoir s’oublier et ne rien dire ?
Voir ceux qu’on aime souffrir ?
Pour finalement choisir de partir.

Je voudrais bien qu’elles sortent, ces larmes,
Qui me consument et me désarment.

Mais rien n’y fait,
Je dois imploser.

Quand il n'y a plus que la douleur et la haine
Un soupçon de peur et de gène,
Il ne reste qu'à se tatouer
Avec des débris de cœur brisé.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur