1
min

Ici en Orient

Image de Eronali

Eronali

8 lectures

0

Ici en Orient le déclin de Perséphone
Sculpte avec curiosité les traits de l’automne
Ainsi la flore dans sa clémence se dérobe
Et jouit d’une mort qui a l’allure de l’aurore.

Dés que les joues charnelles s’effacent dans les cieux
La symphonie des arbres danse sur ses aïeux
Fait éclater épars des pardessus radieux
Chacun emmailloté par le rêve harmonieux.

Quelques uns semblent avoir Arès pour géniteur
Sur leurs branches vermeils dont la brune a horreur
Le rossignol y niche et chante avec ardeur
Ses augures renommées qui guettent la pudeur.

Vacillent vis-à-vis des robes endolories
À la noble couleur, aliment de l’envie
Qu’on dressait autrefois aux naufragés épiques
Égide qui survie à la Transylvanie.

La troupe abrite encore une teinte musicale
À laquelle la muse pour agiter les voiles
Chante d’un air léger les notes idéales
Qui atteignent la cime de l’inimaginable.

Enfin il y a ceux, qui, loin de cette aisance
À l’orée des romances et rêvant d’opulence
Ne récoltent imbéciles, butin des médisances
Qu’une face défoncée qu’arbore la décadence.

Thèmes

Image de Poèmes
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,