9 lectures

1

Une légère bruine humecte mon front pâle.
La belle, de son voile, effleure ma poitrine.
Sa maladresse feinte, un vent doux s'accélère.
Mon souffle est obstrué par sa gène opaline.
D'un pas précipité, nous voguons vers l'auberge.
Dans notre élan sans fin, ses lèvres inflexibles
Ont déversé un rire imité par le vent.
Aux portes de l'ivresse, elle entre la première.
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème