Hors-champ

il y a
1 min
631
lectures
58
Finaliste
Jury
Recommandé

" Ecrire, c'est une respiration " (Julien Green) "Ecrire, c'est se taire. C'est hurler sans bruit." ( Marguerite Duras) " J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé." (  [+]

Image de Hiver 2014
Des paroles qui se disent, phrases de connivence,
Pour habiller le temps d'une longue écharpe grise,
Sourires d'habitude, regards de circonstance...
Et feindre que l'on danse et que l'on s'émerveille
Quand novembre prend corps, se fige, s'ensommeille.

Une lumière si pâle, plus lune que soleil
Et brumes et brouillards de la rivière au ciel,
Un entr'acte, une attente, une pause entre deux rives
Car chacun reste seul et part comme on dérive...
Et novembre qui rampe, et le froid des églises.

La respiration lente des chants grégoriens
S'élève, vaine prière le long des allées vides,
Dire projets et promesses quand on n'attend plus rien,
Effeuiller chaque jour le triste éphéméride...
Mais novembre s'installe, silencieux, impavide.

Le monde se déchire, violences, persécutions,
Et comme au Moyen-Age, des guerres de religion...
Je ne crois plus à rien, ce temps n'est pas le mien
Les lendemains qui chantent, on les conte aux enfants.
Vois le vent de novembre cingle tous les passants.

Et les contours s'estompent, et les mots m'abandonnent,
Mais les yeux de l'esprit voient plus loin que la vie.
Mes péchés sont bénins, que Dieu me les pardonne,
Il est loin cet ailleurs, de fureur et d'envies...
Et novembre m'enlise dans la si longue nuit.

Recommandé
58

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Mon arbre

Eva Dayer

Sans que je l’aie prémédité, mes pas m’avaient conduite vers mon ancienne adresse, celle de la maison d’autrefois. M’en approchant, j’avais ressenti une impression déplaisante que je... [+]