Histoire de mots

il y a
1 min
1404
lectures
212
Lauréat
Jury
Recommandé

Je viens d'éditer ma nouvelle "Alone, autopsie d'une solitude" à découvrir sur le lien : https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/843202/s/ Ancienne chanteuse et cracheuse de feu, je me  [+]

Image de Hiver 2016
Cette nuit
Cette nuit
J’ai mangé ma main
Et j’ai gardé l’autre pour demain
J’ai mangé ma main gauche
Car elle était maladroite
Je me sentais seule et stressée
Je voulais juste écrire ce que je ressentais
Elle m’a tendu ses ongles à ronger
Puis tous les doigts y sont passés
Jusqu’au poignet, mais ça l’a calmée
Moi aussi ça m’a calmée ce charnier.
Ma main gauche ne me servait à rien
Déjà petite, elle me contrariait
À l’école on l’attachait derrière mon dos
Pour qu’elle reste sage
Que voulez-vous je suis gauche
Je fais souvent les choses à l’envers
« Ma fille tu seras droitière »
Me répétaient mes proches
Toujours écouter la voix des sages
Et ma main gauche riait dans mon dos !

Demain
Demain
Je percerai mes tympans pour ne plus y voir
Et je crèverai mes yeux pour ne plus entendre
Je veux voir le silence
Écrire ce qu’il en pense
De l’absence de sens
Sans interdit
Puisque je n’ai plus ma main gauche !
Ça va saigner sur ma page blanche
À l’encre rouge de mes larmes
Mes oreilles n’entendront que les mots de ma tête
Sans être parasitées par ceux de ma bouche
Car ma bouche est bavarde et me casse les pieds
Regardez mes pauvres pieds déformés
Par ces maux, surtout quand elle crie.

D’ailleurs
D’ailleurs
Je devrais lui couper la langue
Ainsi ma bouche ne me ferait plus mal
Je vais la couper
Et donner ma langue au chat
Je lui dirai c’est du mou
Du mou plein de mots c’est pas banal
Mais c’est du charabia pour le chat.
J’ignore si cela suffira
Je veux entendre mon cœur
Mon cœur et rien d’autre
Mais mon cœur parle à ma tête
Et ma tête répète n’importe quoi
Elle exagère cette mégère
Si mon cœur dit j’aime
Elle en fait toute une histoire
M’invente mille déboires
Sur tout, elle exagère
Juste pour troubler ma mémoire
Elle aime me voir en émoi
Cette vague de doute qui me noie
Ma tête est une mégère que je n’apprivoise pas.

Coupez-moi la tête
Coupez-moi la tête
Ainsi j’entendrai
Enfin parler mon cœur.

Recommandé
212

Un petit mot pour l'auteur ? 336 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je ne découvre que maintenant ce poème qui est mon préféré dans le recueil "Anatomie" de ShE ! Bises, belle Lulla...
Image de Rellum59 Müller
Rellum59 Müller · il y a
Des mots qui tiennent dans les demains, qui promettent beaucoup de choses, même s'ils sont écrits d'une main, car le présent c'est pas grand chose, il suffit de prendre son avenir à deux mains, et là, vraiment il ose annoncer le destin, là où nos deux mains se posent pour prolonger un parchemin, qui depuis si longtemps ose prendre le bonheur par la main en nous tendant une belle rose sur une feuille à dessin !
Image de Edmée Mallune
Edmée Mallune · il y a
Pas mieux ! Alors bravo et mon vote !
Image de Briacosaure Calvitis
Briacosaure Calvitis · il y a
quelle ambidextrairité !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vague de doute sublimation verbale
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Il est beau votre commentaire : vague de doute oui sans doute, sublimation verbale : j'ai fait ce que j'ai pu :-)
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Coucou Lulla Bell ! C'est superbe. Tu as un talent fou, c'est magnifiquement bien écrit, et on sent une pointe de cynisme, d'ironie (peut-être n'Est-ce que mon imagination). En tout cas bravo pour ce texte !
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Coucou Johanna non ce n'est pas ton imagination il y a aussi du cynisme, c'est un pied de nez à tous ceux qui obligent les gens à rester dans le rang, à suivre les moutons :-)
Image de Jo Hanna
Jo Hanna · il y a
Me voilà rassurée ;)
Image de Bleufiltre
Bleufiltre · il y a
Je comprends pourquoi ce texte a été primé ! On évolue dans votre poème en se demandant où cela va s'arrêter, la souffrance est là mais augmente crescendo : entre réalité et fiction... j'ai eu même l'impression d'être dans Alice au pays des merveilles lorsque vous dites "coupez-moi la tête"... C'est juste puissant, détonnant ! Bravo et félicitations.
Image de S.E.N
S.E.N · il y a
Incroyable ! Je viens de découvrir.
C'est juste extra vos mots et votre histoire poétique !
Bravo !

Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Merci Sonia, sans prendre la grosse tête (vraiment ce n'est pas mon style :-) ) je suis très fière de ce texte et en étant choisi par le comité pour participé au grand prix du court, je ne pensais vraiment pas qu'il finisse lauréat ! Mais dans la fantaisie, je pense que c'est ce que j'ai fait de mieux jusqu'à présent (écrit en quelques minutes un soir d'insomnie). Merci pour votre commentaire très gentil. A bientôt :-)
Image de S.E.N
S.E.N · il y a
Vous avez raison d'être heureuse et contente pour votre texte.
Il est étonnant !
À bientôt de vous lire avec plaisir !

Image de J.M Capu
J.M Capu · il y a
Superbe .
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Merci Ragondin pour ta lecture. Bon week-end, Lulla :-)
Image de Mick
Mick · il y a
Très bon poème ! Le rythme est excellent d'une part, mais la poésie s'échappe surtout de ce que tu décris à mesure qu'on avance dans notre lecture. Ça pourrait faire une chanson tiens - à quand ton premier album ? ;)
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Coucou Mick, merci d'avoir apprécié ce texte qui a fini lauréat en décembre ! Je l'ai écrit d'un coup en 5 minutes, tant tout me remontait de mes souvenirs...une sorte de colère et de cynisme, j'avais envie de dénoncer un mal être depuis l'enfance et qui perdure. Oui, je sais que cela sonne comme une chanson : une déformation car j'étais chanteuse, comédienne et cracheuse de feu lorsque j'avais 22 à 30 ans ! Pour l'album c'est pas gagné lol ;-)

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Mathilde

Lulla Bell

Cela faisait déjà six jours que j’étais enfermée dans ma chambre sans voir personne et avec une chaleur insoutenable en ce mois de juillet caniculaire. Les fenêtres des chambres étaient... [+]