1
min

Hadès

Image de Iryn Moreira

Iryn Moreira

8 lectures

1

J’avais promis de ne plus rien écrire,
J’avais promis de ne plus me languir,
Les derniers mots qui s’étaient alignés,
Devaient être les seuls dédiés

A ton aura, à ton être oh toi,
Qui me faisais rire et pleurer parfois,
Trop souvent même, c’est sur. Je crois
Que j’aurai beau ne plus avoir de place,
Sur une page raturée sans classe
Il y aura toujours un blanc de disgrâce
Ou malgré moi, tu laisseras ta trace.

J’avais promis de ne plus rien écrire,
J’avais promis de ne plus me languir,
Les derniers mots qui s’étaient alignés
Devaient être uniques. Par pitié

Laisse-moi reposer en paix ici-bas,
Libère mon esprit, mes pensées, mes trépas,
C’est injuste, je lutte mais je n’y arrive pas.
Caresser un espoir et le voir prendre la fuite,
Raviver une flamme pour l’éteindre ensuite,
Briller dans la décadence et dans l’ivresse :
C’est tout ce qu’il m’a fait, son nom est Hadès.

Ah désespoir, ah désillusion,
Hadès s’est montré à la hauteur de son nom
Si j’avais su je ne me serai pas allongée.
En gardant armes et vêtements je n’aurai pas capitulé.

Ah désespoir, ah désillusion
Hadès m’a utilisé mais dites moi, à quoi bon
Ressasser doux péché et tendre humiliation ?
Je le savais pourtant incapable de compassion.

Adieu espoir, adieu mes illusions
Adieu Hadès et son ardent bas fond.
Que brûlent l’amertume et ma factice haine :
J’ai du mal à détester même si j’ai beaucoup de peine.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,