Guy Georges rencontre Jacqueline Sauvage

il y a
1 min
9
lectures
1

Polysémique poète du XXIème siècle passionné par l'exploration d'interstices et convaincu du pouvoir des voix et des mots  [+]

Voici un léger badinage
artistique à l’allure perchée :
Guy Georges rencontre Jacqueline Sauvage
sur un parking d'hypermarché.

C'est la promo Auchan de l'année,
curieux et onirique mélange :
Face à cette femme qu'en a bavé,
y’a ce tueur au sourire d'ange.

Lui a son bon vieil Opinel.
Elle, un costaud fusil de chasse.
Un combat purement fictionnel
de criminels un poil badass

C'est clair qu' dans le vif lui veut trancher
et dans la gorge peut-être aussi
de cette Jacqueline endimanchée.
Mais d'vant tout c'monde, ça sent le roussi.

Il voit que la femme n'est pas docile.
Il sent sa lame moins aiguisée.
"Salam aleykoum" lui dit-il.
Peut-être le comprend-elle, qui sait ?

SK préfère maintenant les vieilles
Celle-ci peut s'avérer coriace
pour l'homme aux pulsions en sommeil
Est-ce vraiment ça qui le tracasse ?

Il pensera même à s'débiner.
Il a compris qu'en face de lui
se trouve quelqu’un d' déterminé
après toutes ces violences subies,

ces longues années exténuantes
qu’elle a virées d’un coup d’fusil.
Des circonstances atténuantes
pour tant d’années d’anesthésie.

Près des caddies, Christophe Hondelatte
les fait entrer les accusant
de n' plus enflammer l'audimat,
de n’ plus faire peur, d'être amusants.

Sur les chariots, lui veut du sang
d' l'hémoglobine, de l'ADN
et pourquoi pas des corps gisants
des vrais cadavres, pas d'comédiennes.

Faut croire que Christophe s'est montré
un peu trop irrespectueux
face à ces deux qu'il a outrés,
lesquels sont redevenus tueurs.

C'est sur une place pour femme enceinte
que git inerte le corps d'Hondelatte
Et dire qu'elle venait d'être repeinte
d’une laque aux reflets écarlates.

Au loin, près des pompes à essence,
je reconnais le Dr.House
qui sourit avec indécence
en compagnie de Mickey Mouse

Guy et Jacqueline se prennent la main
et s'éloignent de la scène de crime.
Leurs ombres s'enfoncent dans le lointain
peuplé de potentielles victimes.

C'est le moment où j'ouvre les yeux:
Déflagration d'un rêve flagrant
quand résonne cet air mystérieux,
“Le messager” d' Michel Legrand.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !