1
min

Graziella

Image de LEONEL AKOSSO

LEONEL AKOSSO

6 lectures

0

Tu te reconnaitras par ce nom
Car c’est ton deuxième prénom
Et le titre de ce poème
Qui te dit combien je t’aime

J’aurais pu en faire un roman
Comme un célèbre poète avant moi
Mais si je deviens ton amant
J’écrirai une bibliothèque pour toi

Souviens-toi de notre passé
À l’époque où nous étions entassés
Dans un gymnase universitaire
Menant des études prolétaires

Je te retrouvais après tant d’années
Où nous avions été séparés
Je n’avais jamais su t’embrasser
J’étais stupide et embarrassé


Et puis après tu es partie
Mais je n’ai jamais perdu le nord
Tu es restée mon meilleur parti
Le serment que depuis j’honore

Observe maintenant notre présent
Maintenant que je ne suis plus absent
Maintenant que tu es revenue
Et que je cherche des revenus

Nous avons pris des chemins différents
Pour atteindre le même but
Comme d’inconnus référents
Deux âmes sœurs de deux tribus

Je pourrais te retenir
Si tu pouvais bien tenir
À un amour peu doré
Pour une pépite adorée

Mais imagine le futur
Comme un pot de confitures
Il ne tient qu’à toi et moi
De l’enrichir tous les mois
Si tu me donnes ton amour
Je te donnerai mon humour
Tu ne seras jamais triste
Ta joie sera celle du Christ

Si tu me donnes ta présence
Je te donnerai ma semence
Et ma trompe d’éléphant
Te fera de beaux enfants

Si tu nous donnes de ton temps
Nous te donnerons notre argent
Nous travaillerons sang et sueur
Pour jouir de notre labeur

Ô Graziella quand on s’aime
Notre bonheur on le sème
Et ses racines au présent
Annoncent de futurs présents

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,