Gorgone

il y a
1 min
6
lectures
0
Ô toi, démone de la nuit,
Gorgone noire dans l'incendie,
Es-tu fantôme, es-tu esprit,
Lorsque sous mes paupières closes
Tu viens à moi, sombre et morose,
Lorsqu'au matin j'ouvre les yeux,
Je crois encore sentir ton feu
Les bracelets de tes iris
mâtinés d'or, teintés d'anis,
s'entrechoquent, valsent et chantournent
et dansent, dansent, autour de mon coeur.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,