640 lectures

463

Qualifié

Dans le tableau cubiste que devenait sa ville,
Produit des cerveaux carrément braques
D'architectes à l'imaginaire rectiligne,
Il allongeait son pas autrefois léger
Pour au plus vite, là-haut, retrouver
Les tendres collines bombées
Où il aimait tant à vaguer.

Le voile opaque de ses lunettes Soulages
Préservait ses yeux de chien andalou
De l'effilé rasoir des mille angles droits
Qui d'équerre éhontément tenaient
De gris et mornes parallélépipèdes.
Nains ou géants, partout ils poussaient,
Géométriques érections éjaculant du laid.

L'avait-il donc rêvé ce joli temps d'antan
Où bâtir et pâtir ne rimaient pas encore ?
Où la ligne droite, pourtant sévère dans ses bottes,
Savait se laisser par la courbe courtiser ?
Ah ! Ces rondeurs de nourrice (oves, oculi, entrelacs, cannelures,
Volutes, coupoles, arabesques, contre-courbes)
Qui venaient, sensuelles, mugueter la pierre des façades...

Changer d'aire... c'était son seul remède à la mélancolie.
Mettre à distance les géométristes cages
Et les silhouettes au cordeau qu'elles encellulaient,
Gravir le mont ballonné qui la cité dominait,
S'y emplir les poumons – au milieu du champ ou de la forêt –
D'un oxygène non encore domestiqué.
Et là-haut, s'abandonner... aux zigzags de sa pensée.

Loin de la platitude des discours creux
Loin de l'angle obtus des syllogismes empoisonnés
Loin du pré carré des certitudes mortifères
Loin du rouleau compresseur aplanisseur des nuances
Loin de la vie plan-plan des planqués de la passion
Loin du quadrillage constipé des lieux trop communs
Loin du triangle des Bermudes de la rance intolérance.

Oui, il fallait qu'il en profite, de sa colline, ce mamelon où
Les pommes encore potelées étaient toujours tentatrices
Le long de chemins encore autorisés à serpenter...
Jusqu'à nouvel ordre... Jusqu'au jour Picasso où...
Les vaches le dévisageraient du rectangle de leurs yeux,
Les cailloux cubiques feraient des carrés dans l'eau,
Les seins coniques de sa belle lui transperceraient le torse.

PRIX

Image de Automne 2017
463

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fantomette
Fantomette · il y a
J'ai bien aimé, bien écrit
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Une grande érudition au service d'un bel art poétique. J'aime beaucoup.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Grand merci Paul.
·
Image de Claudine
Claudine · il y a
Si c'est rond c'est pas carré, j'ai bien aimé la déambulation dans le cadre ;)
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Merci Claudine. Je pratique en effet la poésie qui tergi-versifie.
·
Image de X&Y
X&Y · il y a
C'est très bien construit et plein de meandres poetiques. J'adore, bravo
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Merci beaucoup.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Une œuvre artistique digne d’un grand Picasso, avec une touche de poésie. Bravo !
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Merci beaucoup pour ce très grand compliment.
·
Image de Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Compliment mérité. Bonne journée !
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
J'ai beaucoup aimé mais ça se bouscule dans ma tête. ...
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Avis de tempête sous un crâne...
·
Image de Hugo E.
Hugo E. · il y a
Magnifique poème, très beau moment de lecture grâce à vous!
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Je suis touché que vous aimiez ce poème à ce point. Merci beaucoup, Hugo.
·
Image de Cookie
Cookie · il y a
Comme cette comparaison entre l'herbe et le béton est bien écrite !
Fuir les "cages à lapin" du modernisme et des bâtiments sans âme pour retrouver la nature, l'espace, le grand air et les "vraies" cages à lapin.

·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Merci Cookie. Bienvenue sur ma "colline inspirée".
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Parfois pour aller d'un point A à un point B il vaut mieux la ligne droite surtout si l'on est pressé, mais prendre les chemins de traverse courbés par les collines et également très agréable et permet de prendre son temps. Je préfère les courbes aussi...
·
Image de Obsidiane
Obsidiane · il y a
Tout le monde y est passé , et on a compris que vous préférez la courbe généreuse à la droite sèche et sans âme . Moî aussi .
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Je crois qu'on est beaucoup dans ce cas, à part peut-être les architectes et les promoteurs. Merci pour votre lecture et votre commentaire.
·