1
min

Fresque de mots

29 lectures

12

Tarissant le silence aux lèvres de corail
La pluie ouvre le soir de sa main parfumée
Que des gants de grenat couvrent de leur fumée
Comme un voile tissé dans un pan de vitrail.

La lune entrelacée aux fleurs d’un soupirail
Glisse son cœur de lait dans l’âme costumée
D’un passant ondulant d’une étoile allumée
Aux flambeaux en cristal du caravansérail.

D’une tour assoupie à l’ombre de la ville
S’envole un aigle noir qui d’un soupir s’exile
Vers le désert tapi sur le fil d’un rasoir.

Une cascade en or cache pourtant le sage
Qui pour brûler la nuit dans un dernier message
Marche à pas de velours jusqu’au bout du musoir.

Francis Etienne Sicard Lundquist ©2016

Thèmes

Image de Poèmes
12

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Ville sous la lune, toute en or et nuit. Très beau.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Je suis en FINALE pour le Prix Haïkus d’Hiver édition 2016 grâce à vous, mes fidèles lecteurs, et je tiens à vous en remercier infiniment et compte sur le renouvellement de votre appréciation! J’invite tous ceux et toutes celles qui n’ont pas encore visité ma page, à venir lire et soutenir mes œuvres si le cœur vous en dit! Mon œuvre favorite est celle-ci:Mercd’avance!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/linceul-1

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un nouveau joyau, merci Francis Étienne !
Je me contente sagement de quelques haïkus d'hiver :
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/une-armee-de-pelles

·