Fredonner l'espérance

il y a
1 min
199
lectures
59

Poussée par mon entourage, je me suis lancée dans la rédaction de petites histoires qui font sourire. J'espère qu'elles vous plairont également et que vous aimerez mes idées loufoques, mes  [+]

Une basket après l’autre, il sifflotait la vie
Il avançait en rythme le long de l’avenue
Il tirait sur son joint, rieur, avec envie
Se laissait embaumer, le grand air de la rue
Lui gonflait le visage, il avait l’air ravi.

Un cartable de cuir tenu dans sa main gauche
La musique dans sa tête grâce à deux oreillettes
Un vieux jeans délavé, impression de débauche
Dans un papier d’alu un sandwich aux rillettes
Allure décontractée le soir comme à l’embauche.

Parfois il entendait des murmures, des propos,
Quelques bizarreries, des gens qui se plaignaient
De leur vie quotidienne, ils avaient tous les maux
Etaient si malheureux, malgré ce qu’ils gagnaient.

Lui, il savait déjà combien étaient fragiles
Les fins de mois au quinze, la santé malgré tout
Entre cancer et rhume, équilibre subtil
De moments appréciables sans heurts et sans tabous.

Et chaque jour de plus était comme un cadeau,
Il chantait les louanges des chercheurs, des médecins,
Des soignants qui l’aidaient à porter son fardeau
Il n’implorait ni Pitié, ni Dieux, ni les Saints.

Un cartable de cuir tenu dans sa main gauche
Il forçait le destin, fredonnait l’espérance
Ne redoutant rien moins que La Mort ne le fauche
Il n’avait cure de ce que les gens biens en pensent
Un vieux jeans délavé, impression de débauche.

Une basket après l’autre, il sifflotait la vie
Il se fichait des riens et de leurs apparences
Profitant du soleil, des odeurs et des bruits
Arpentant le trottoir avec sa nonchalance
Il tirait sur son joint, rieur, avec envie.
59

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alex CROW
Alex CROW · il y a
Sympathique poésie.
J'espère que ton 'héros' n'a pas piqué les basquets que désirait certain cheval, je n'trouverais pas sabot.
Je t'enjoins d'éviter les joints et d'envisager la fuite plutôt, comme dit mon plombier avec humour. Comme l'écrit Ray, reste au benjoin... 🙄
À la place roule-toi un canollo, voire des canolli, c'est tellement bon qu'un seul c'est trop peu et mieux vaut aller gros (ma non troppo non plus). 👍😋 ♫

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Hé bien, je vois que tu as tout dit ou presque... Ce n'est qu'un personnage, tu le sais... Je préfère les bons crus ♫
Image de Paul-Marie Dessaint
Paul-Marie Dessaint · il y a
Ne pas se prendre la tête, malgré tous ses malheurs, profiter de l'instant présent.
J'avais aimé votre texte, je le relis et je re-vote avec plaisir

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Merci beaucoup Paul-Marie ! D'autant que ce texte n'avait pas fait beaucoup d'adeptes lors de sa publication, LOL ♫
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
Bien.
S'il n'y avait pas eu cette cyberattaque j'aurais pu te lire ... en fin de juin. Mais pour un 4 juillet il est encore temps de siffloter mon avis, jouons cartable sur table : c'est pas mal du tout ! Un parfum de benjoin bohème... 😎

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ha, tu ne l'avais pas lu celui-là ? Ton pote "Jo" l'a sélectionné pour ses Cahiers de Poésie ♫ Merci de ta visite ♫
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
Je ne vois pas Alex, je le préviens. (Doit encore chercher à gauler des fromages dans les arbres à calendos).