Fée des nuits

il y a
1 min
6
lectures
0

Quelques vers écrits en dirons peut être plus : "Les musiques surviennent des profondeurs des âmes, S’élèvent en chœur pour acclamer ta venue" "Peut être alors, détourneras-tu les  [+]

À la dernière heure de nuit,
La ville n'est ni trop éveillée, ni trop endormie.
C'est là que tu m'apparaissais parfois,
Quand j'étais de ceux qui ne dormaient pas.

Quand le sommeil me délaissait alors,
Je venais au Sacré Cœur pour les luminaires d'or,
J'aimais voir la dernière heure de la nuit,
Avant qu'elle ne cède, face aux bruits.

C'est là que tu m'apparaissais parfois,
Là ou Paris n'est qu'une plaine assoupie,
Et Montmartre une colline illuminée

Feu follet de vie, tu dansais là,
Sensuelle et vacillante comme brule l'amour,
Et tu me laissais là, quand naissait le jour
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !