Fable

il y a
1 min
76
lectures
7

J'écris pour m'éclairer quand je ne sais plus où je vais.

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le bûcheron de bon matinA
S’en vint quérir son bois quotidien
Mais à peine eut-il fait
Quelques pas dans la forêt
Qu’il aperçut sa dulcinée
Dans les bras du chêne enlacée
- Que fais-tu là dit-il courroucé ?
- Chut mon ami, j’écoute le chêne parler :
Mille années coulent dans sa sève
Et moi dont la vie est si brève
J’ai besoin d’entendre sa chanson
À son écorce de frotter mon giron.
- Ah, la belle insolente ! Bûcheron je suis
De mon état mais certes pas de bois !
Oseras-tu encore me refuser les faveurs
Que tu offres à ce Chêne de malheur ?
Mes bras sont aussi forts
Et ma peau bien plus douce
Ce serait un grand réconfort
De nous étendre sur la mousse.
- Hélas mon ami, je ne puis,
Il m’a promis la vie éternelle
Tant que je demeure pucelle !
Et si j’élaguais là mon rival
Que nous puissions voir les étoiles ?
Sa ramure ombrage mon esprit
Tandis que s’aiguise mon appétit !
Et de brandir bien haut sa cognée
Alors que la belle affolée
Tente d’arrêter son élan
Et chute là, sur son séant.
Le bûcheron tout émoustillé
De voir la belle ainsi troussée
Retrouve aussitôt sa belle humeur
- Soit, garde donc ton honneur
J’irai planter des glands ailleurs
Et les enfants de mes enfants
Eux aussi vivrons mille ans !

Et c’est ainsi que dans les bois
Pleure une femme chaque fois
Qu’un grand chêne millénaire
Retourne à la terre

7

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Bien vu & bien agréable à découvrir, vers après vers, jusqu'à très haut dans le ciel ♫