Exquis objets exaltés

il y a
1 min
17
lectures
0
Des cendres du soleil plié en deux
Au noir froid du suaire de l’amnésie
S’éveille parfois l’or des flots de braises
Enflammant jadis la cité éteinte
En résonnance avec les veines du tambour
Quelle fleur les doux battements de la fable
Le parfum étrange éveille l’âme des oiseaux
Qui tournoyaient repus ivres de sang et d’étoiles
Picorant les mets orgiaques du printemps
Et toujours expirants de soif suppliciés de voracité
Quand obscure la pulpe des fruits éthérés
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,