Exil

il y a
1 min
13
lectures
0
Double jeu sur notre île
Il semble qu’on se perd,
Dans les volutes subtils
De ses parfums pervers.

Assumons notre exil,
Et cueillons nos fantasmes,
Quand le ciel chant aux astres
Nos rêveries fantasques
Qui tant de fois nous dépassent.

Acceptons notre idylle,
Même si l’on se noie
Dans les odeurs taquines
De nos corps en émoi.

Faut-il que je m’incline,
Faut-il que le temps passe
Que je me mette en chasse
Contre mes désirs voraces
Et mon cœur qui se froisse?
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,