Et puis il y a le vertige

il y a
1 min
12
lectures
0

Ecrire que d'abord, écrire que toujours, sans même rougir si ce n'est de plaisir.Ecrire parce que les pourquoi font la ronde. Ecrire ce chant très étrange qui dévale.Et courir après l'instant  [+]

Et puis il y a le vertige d'une pulsation muette
d'une vie offerte
qui déjà cherche l'écho au-delà
Et puis il y a le vertige d'une solitude vaine
l'amplitude d'une âme pleine
qui voudrait déborder
qui voudrait qu'on la prenne
par la main comme une enfant
pour une danse comme un refrain fredonné
sur les lèvres comme un baiser posé
Et puis il y a le vertige de toute cette espérance
des lignes de nos mains au hasard des semences
de cette transparence en l'aube du demain
Et puis il y a le vertige de ce trouble insensé
de ce trouble immense
d'avoir saisi l'instant où tout ça recommence
Et puis il y a le vertige de cette mélodie sans fin
qui se poursuit sans cesse aux confins de l'esprit
Et puis il y a le vertige
de te savoir là quelque part sur cette terre
de te savoir là les yeux grand ouverts
de te choisir toi pour incarner soudain
tout cet amour en moi qui dévale le chemin
Et puis il y a le vertige
de ne savoir ni pourquoi ni comment
simplement d'accepter ce mystère
simplement de sentir cette douce blessure
qui est de vivre l'élan sans promesse du suivant
Le vertige d'être là
dans la clarté naissante du premier balbutiement.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,