Escalier cauchemar

il y a
1 min
21
lectures
2

selon Lao Tseu : peux-tu comprendre tout, partout, n'importe où et rester sans bouge  [+]

Des pas dans l’escalier,
Des pneus crissent sur le gravier,
Ce n’est qu’un rêve épuisant,
Je t’entends, je t’attends.

J’entends tes pas, ce n’est pas toi,
Rien que la pluie qui frappe à ma fenêtre,
J’entends ta voix, ce n’est pas toi,
Rien que la brise qui hurle dans ma tête.

Tu pousses la porte doucement,
Ce n’est que le vent qui gémit,
Je t’attends, je t’entends,
Obsession de mes nuits.
Je t’attends
Je t’entends...

Je me réveille enfin,
Le cauchemar continue,
C’est le petit matin
Mais tu n’es pas venu.

Le vent poursuit à jamais sa complainte
Et le jour est pareil à la nuit,
Un long sanglot, comme une plainte,
La journée est finie.

Et que sera demain ?
Le vide me saisit,
J’implore en vain, je tends la main,
Et retombe dans l’abîme de mes nuits.

Je t’entends,
Je t’attends...
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,