Equinoxe d'automne

il y a
1 min
35
lectures
9

Les mots ont toujours été mes amis. J'aime jouer avec eux (parfois ils jouent avec moi), les triturer, en faire jaillir le sens caché, comme une évidence au coin de la rue là-bas, avec une  [+]

J’orpaillerai dans ces ruisseaux asséchés,
à déplumer, à desquamer
les vieilles peaux du malheur,
dans ces journées bleuies comme des perles
sous le souvenir des abreuvements futurs.

Se désaccorderont les fausses guitares
quand les musiciens assoupis
riront de leurs stupides plaisanteries,
à vouloir jouer l’ovni tender...

Carcasse encore solide,
le carrosse de sa majesté l’anniversaire
gravira le porche du palais oublié,
tiré à tant de chevaux
qu’on en manquera de cochers.

Sous la lune masquée
ont brillé quelques étoiles,
et nos yeux ébahis en cherchent encore le nom,
terriens que nous sommes,
laissant au ciel la part des rêves
et à l’humus celle des pousses à venir.

Nous vêtir d’habits de gloire quotidiens
n’est pas un exploit,
c’est une nécessité,
dont seule la déchéance peut nous affranchir,
ornière sur le chemin, tâche sur le miroir.

Nul rouge au front à qui se tient droit,
main dans la main aux amis aux amours,
sonneur de joies impénitent,
semeur des insolences du bonheur à bâtir.

Et soit de rires, soit de pleurs,
nous nous automnerons encore.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !