Aux confins des souvenirs, par delà les ondes,
Mon esprit prisonnier parfois vagabonde.
Il me nargue, autre moi, enveloppe immonde,
Il me largue, pour un envol égoïste à la lisière du monde.

Suit l’attelage céleste parcourir l’immensité,
Transcende la matière, survole les marées,
Emmène-moi revoir les soleils brouillés,
Des paradis obscurs, mirages de la pensée.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !