Energies vitales

il y a
1 min
2
lectures
0
Par la peau,
Pourvu qu'elle soit nue,
toutes deux passent.

Froide, dure, sèche et immobile,
la première est minérale,
monte des tréfonds de la Terre,
s'enrichit des strates rencontrées,
vient jusqu'à moi, par la plante des pieds.
C'est elle qui éveille l'être qui quitte sa couche,
quant, au sol, le pied touche.
Par la peau,
pourvu qu'elle soit nue.

L'autre est sensuelle et animale.
Elle transite, s'échange,
se confond et se mélange.
Par les peaux qui sont nues.

Chaude, tendre, humide et mouvante,
d'un contact naissent des ondes,
qui s'amplifient et montent.
C'est d'elles que les corps s'emplissent,
et que les surfaces bruissent.

Par la peau,
pourvu qu'elle soit nue.

Car les objets que l'Homme a fabriqué
ne se laissent pas traverser.
C'est ainsi que se dessèchent
ceux qui vivent aux faîtes,
ceux qui portent chaussures et chaussettes,
et ceux qui sont isolés,
dans leur cage de Faraday.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !