Encore ce pas de géant

il y a
1 min
1
lecture
0

Là où je suis. JE NE SUIS RIEN ET NE VEUX RIEN ÊTRE SINON....ÊTRE - JE SUIS - j'ai lu, vécu, appréhendé, souffert, appris. Je deviens parce que je suis  [+]

Il est presque minuit et mon âme tangue,
Entre le temps et l'espace, je vogue,
Sans joie, sans tristesse, sans rêve,
Rien que de la couleur pour toute trêve !

Les oiseaux se taisent. L'automne s'alanguit.
Les arbres s'abandonnent lentement au gui.
Le soleil s'endort. La lune crée sa plaine
Et les étoiles tissent un manteau de laine.

Ni froid, ni chaleur, rien ! Un feu ! Un vent !
Tout passe, tout s'en va, vous et moi ! Le temps !
Les roses ne finissent pas de peindre leurs pétales,
Portant la douceur du velours au palais du végétal.

Rien ne raconte plus la fleur ou d'un enfant, le portrait !
Rien ne dit la saison qui s'endort ! Un trait !
Une esquisse ! Peut-être une rature, un mot aventuré !
Encore cette langueur que la terre prend à la durée !

Encore ce pas de géant qui va lentement du pinceau !
Et ce cri d'enfant émerveillé devant le ruisseau !
Une pie sur une barrière ! Le froid ! Rien ! Tout !
L'âme amère et l'esprit ensoleillé, tout va debout.

Le champ part, ses blés fatigués ; le pré s'absente.
Le cygne coule son col dans ses plumes pâlissantes.
Tout s'endort. Les yeux se fanent. Les rires s'éclipsent
Il est presque minuit et la terre accomplit son ellipse.

Voyez-vous là le tableau que je viens de colorer
De ses teintes or, de ses bleus étoilés mordorés
Quand d'un mot, poète, je choisis le pigment fleuri ?
Rien qu'une nature éclose, en automne, meurtrie.

Béatrice Lukomski-Joly
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,