15 lectures

1

À l'ombre de la berge effleurée de l'ailleurs
Tout récemment acquise et plus encore allant
Vers les tristes contrées du doute Roi qui prend
Une pensée fragile à peine éclose en fleur
Son soi marcheur amer parcourant tous les grès
De son esprit veilleur, hésite à s'arrêter
Et si l'enfant seconde aimait la trahison ?
De quelle façon subite aimant contrefaçon
(Alors que dans son cœur cette manière irrite)
Reprendrait-il un droit du haut de sa guérite ?
Par les pluies et les vagues à nouveau submergé
En haïssant l'arrêt il lèverait la tête
Maudirait le royaume où ses pas l'ont porté
L'inquiet pressentiment, celui-là même en fête
Alors il songerait : point de retour suffit
Afin de rattraper un recul ennemi.
À chaque étape ici c'est un autre chemin
Qui nous fait parcourir actuel et demain
Jamais copie-collée malgré tous nos efforts
Pour retrouver la paix évanouie sous nos torts
A l'ombre de la berge effleurée de l'ailleurs
La peur est là derrière mais devant est la force
Équilibre précis où nous brusque l'amorce
Il faut aimer grandir en étant beaux cueilleurs.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,