Effluves du printemps

il y a
1 min
23
lectures
4
Un reflet diaphane éclairant les contours
D’une peau veloutée, apparaît virginale
La rose qui déplie un fragile pétale,
D’un rose évanescent, complétant ses atours.

Délicate splendeur de cette renaissance
Tulipes, dahlias, subliment la couleur
De la reine des fleurs dont l’exquise pâleur
Rosit dans le soleil et son incandescence.

Dans l’accès serpentant entre tous mes rosiers
Le myosotis bleu, envahissant, tapisse
Le sol qui disparaît, car partout il se glisse,
Jusqu’à dissimuler tous mes plans de fraisiers.

Dans un bourdonnement, ressemblant à l’abeille,
Un bourdon duveteux aspire la liqueur
D’un lys, d’or saupoudré tout au fond de son cœur,
Et chasse avec fracas un pauvre perce-oreille.

Des mots jaillissent. Poésie prend son vol,
Lorsque tant de beauté en notre esprit s’immisce,
Donnant le sentiment d’être enfin le complice
De milliers d’amours, sans les affres d’un viol.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !