Edith... du banc du boulevard Cassini

il y a
1 min
1 325
lectures
184
Qualifié

Je me souviens de chacunes de mes dissertations depuis l'ecole primaire..les profs de français m'adoraient, ceux de sciences un peu moins... l'écriture a toujours été pour moi un formidable outil  [+]

Image de Été 2018
Regardez moi, je suis à genoux
Ne m'oubliez pas, j'ai besoin de vous

Écoutez-moi, j'ai des choses à dire
Parlez-moi, je suis là, j'existe, je respire

Je porte un nom, j'ai une histoire
Ne partez pas, que je vous en parle

Je m'appelle Edith, j'ai cinquante balais
Je suis, comme vous dites, la cloche du quartier

Y'a une époque où je bossais
Y'a une époque on m'désirait

On m'a même dit « je t'aime »
On m'a même trouvé belle

Je savais pas que c'était un privilège
Je croyais pas pouvoir finir à terre

Je m'appelle Edith, j'ai cinquante balais
Je suis, comme vous dites, la cloche du quartier

Il parait que j'ai des petits-enfants
Alors je tricote pour passer le temps

Le temps... qui passe ou de chien
Le temps est long quand on n'en attend rien

J'ai même fait l'amour, j'ai même fait l'amour

J'y repense en fermant les yeux
C'est ce qui me fait tenir un peu

Et puis je rêve tant bien que mal
Faut que je rêve, faut que je m'évade

Regardez-moi, j'étais comme vous
Arrêtez-vous, je suis à genoux

Je m'appelle Edith, j'ai cinquante balais
Je suis, comme vous dites, la cloche du quartier.

184

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !