Désir

il y a
1 min
27
lectures
1
Ah qui dira le désir, autrement que dans ce mouvement rapide qui t'a fais me frôler de tes seins de déesse pour me dire à l'oreille un mot sans importance, un mot du quotidien, mais qui par ton odeur et ta présence est devenu en moi le plus doux des aveux.
Comment dire alors mes rêves inaccessibles qui me firent voler la beauté du jour juste pour courir vers toi comme on court vers l’azur et te dire tout bas des mots en fleurs d’amour.
Tu me regardais là devant toi j’étais ridicule. Tu me regardais la avec juste la beauté des beaux jours et je t’ai dis « madame vous êtes une parure que le monde a bonheur à porter tout les jours ».
Ah qui dira le désir, autrement que dans le rouge honnête qui monta a tes joues, ce jour la, sans détour. Tu m’as dis alors « merci » en souffle court et j’ai cru même voir tout ton corps me dire sans prière « enlevez moi je vous en prie » pour la vie.
Le désir est dit-on un poisson malhonnête qui vous attrape le corps contre toute raison. Je l’ai vu dans vos yeux, je les contenu dans mon être. Le désir ce jour là avait mille fois raison.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !