1
min

Désespoir.

Image de Victor Arouet

Victor Arouet

5 lectures

0

Ton humour las, blesse mon âme d’un pique sanguin,
Mon amour laisse, cette femme unique dans ces mains,
Qui ne sauront satisfaire comme les miennes font,
Du talon, des enfers comme aux veines du front,
Ces caresses dignes, douces, de l’air pour le vent,
Cette adresse indigne, jalouse, des vers sur le temps.
Je crache sur celui qui à cette place n’est pas moi,
Je t’arrache de lui, toi qu’il enlace, ne sont qu’émois.
Tu as refusé, je suis mort, usé par les remords,
D’avoir été second, mon premier tort, sera mon dernier.
Toi infusé dans son corps, use sans accord,
D’avoir été ce con, un triste sort, celui de nier,
Que je t’aime.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,