Désenchantement

il y a
1 min
201
lectures
21
Qualifié

"Fille du vent et du soleil", en quête de songes et de lumière, les mains ouvertes à fleur de ciel pour recueillir les pleurs du temps, elle embrasse la solitude et le silence est son amant.  [+]

Image de Printemps 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

À mille encablures de toi, mon amour j’ai le cœur en berne
La plage grise se souvient des embellies sans lendemain
Et de l’état de la carène.
J’attends le jusant de midi agenouillée sur mes regrets
En souvenir de ces matins ensevelis dans les arènes
Où nous désertions notre enfance...
La carène ne ment jamais.
Mes yeux ces dragues en partance, remuent le fond des océans
À la recherche d’un passé qui ne subsiste plus qu’en rêve.
J’ai beau fouir les sédiments, mon filet ne prend que des larmes
Et ma voile endeuillée de parme
S’échoue tristement sur la grève.
Les roses qui ornent ta tombe auront tôt fait de se faner...
Rien ne sert de pleurer l’amour lorsque l’amour s’en est allé.
Je jette la même bouteille qui revient sans cesse vers moi
Un peu plus pleine chaque fois
Des relents de mon amertume.
La plage désolée s’embrume et midi résonne au clocher
Tes mots n’étaient que de l’écume...
Le jusant les a emportés.
21

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !