Derrière la vitre

il y a
1 min
709
lectures
68
Qualifié

Et la littérature vaincra  [+]

Il regarde dehors mais ne voit jamais rien.
À travers les vitres, il sait le temps maussade.
Il finit un café mais tout lui semble fade.
Il sent qu'il est vaincu, implacable est le lien.

Lien qui noue les vivants mais délaisse les siens.
Ceux qu'on pleure et oublie, ceux qu'on nomme « malade ».
Lui, il chute — se perd — mais laisse la glissade
Continuer. Trop las, il n'est qu'un milicien

Qui a déjà perdu cette lutte inégale.
Noyé, il voit mourir l'odyssée conjugale.
Il n'est qu'un corps meurtri — fatigué, silencieux.

Il contemple la vie derrière sa vitre.
Il affronte la mort et se cherche un titre :
Solitaire, il se sait alors il vole aux cieux.
68

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !