Derniers feux

il y a
1 min
813
lectures
300
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce poème se démarque par la force évocatrice qu'il propose grâce à une construction précise, fluide et rythmée, le tout soutenu par le choix

Lire la suite
L’aube pointait. La main serrait, calme toujours, l’autre main moite. Le sommeil s’était posé comme une promesse sur les lèvres prêtes au sourire. Le soleil, rêve facile, mort distraite, dilatait maintenant les rives sombres du lit. Ils ne bougeaient pas, prisonniers des clauses douloureuses de leur amour, se tenant par le cœur, n’attendant qu’eux-mêmes.
Au chaud des premiers rayons, ils n’afficheraient pas front bas, profil de pierre, et se riraient des confluences de l’âge, de la plate arithmétique de la mémoire, pour l’ultime, essentielle effusion de deux corps qui s’appellent et s’épellent, cri à cri, pore à pore et disent tout.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce poème se démarque par la force évocatrice qu'il propose grâce à une construction précise, fluide et rythmée, le tout soutenu par le choix

Lire la suite
300

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
Je découvre bien tardivement ce poème. Pas trop tard quand même pour dire qu'il est superbe...

Vous aimerez aussi !