Dernière pause !

il y a
1 min
1
lecture
1
Si vous tombez
Le nez dans la chaudière
Et que votre sang se fuse,
À neuf millimètres de toi
Vos rêves se noient
Ne vous battez pas,
Mourez !

C'est de la lâcheté,
Je sais.
Faites-le avec.

Nul ne voudrait y rester
Une tierce de plus
À vivre cette vie,
Mangeuse d'âmes.

Se nourrir des sangs de ses frères,
Humer les désarrois de l'atmosphère
des autres.
Trop près des vôtres,
Que votre nez s'en est immunisés.

Fier, vous ne l'avez pas été,
Mourez.
Vous succombez dans l'anonymat
de ton sort.
Je sais.
Faites-le avec.

Au moins vous avez travaillé,
Rémunéré,
Obtenu ce qu'il y a de mieux
Dans ces lieux.

Deux ou trois dans la poitrine,
Quelques autres éparpillées,
Coincées dans le squelette
Te suffisent.

La cervelle s'échappant
Entre des doigts
Dignes de votre temps.
Les passants
Les yeux rivés dans la chaudière
Vous marchent dessus,
Et vous piétinent avec rage.

La poussière vous parfume
D'encens,
D'écumes rêveuses.

Le vent,
Votre marge de vie
Vous ont à peine fui.
Quelques secondes plutôt
Juste là,
Sous ton nez,
On te l'a enlevée.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,