Dérivée

il y a
1 min
2
lectures
0
Elle aurait dû se méfier du vide des yeux
Enlacés par erreur
Pluie de maux et garés
Au bord d’un sourcil
Un néant qui attise
Sans masque c’est encore plus simple
Dépêche-toi
Plus rien à l’intérieur pour mimer
Dépêche-toi
Même le rien l’a confondue
Aveu inerte de peau ta vie
Tu peux prendre ce qu’il n’y a plus
Comme on boit du sable
Etouffés tes râles absurdes
Dans le tissu idiot qui sent l’alcool
Trop nombreux
Trop propres
Trot enlevé
Trop
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,