1
min

Délivrance

38 lectures

8

Dans la nuit obscure,
Des yeux noirs m’admirent.
Je ne vois que leur blanc ;
Ils me sont si troublants
Que mon grand cœur transpire.

    L’enfant soupire, la fille pleure, la mère crie… le malade se meurt…

Une voix à mes oreilles
Murmure jusqu’à moi,
Alors mon âme sommeille ;
Sur moi, ils se penchent :
C’est l’heure, le jour, le mois !

    L’enfant soupire, la fille pleure, la mère crie… le malade se meurt…

Enfin, je dois mourir.
Des bras froids m’enserrent.
Sur ma couche funèbre,
En fin, la mort m’emporte,
Enfin, je peux mourir…

    L’enfant soupire, la fille pleure, la mère crie… je suis las de souffrir !

 

[Aux victimes de l’incurable]

8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de MCV
MCV · il y a
Je dois avouer que, en ce moment, ce texte m'est assez dur à lire. Ce qui n'enlève rien à sa grande qualité.
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Je suis navré si ce texte éveille en vous des pensées douloureuse tel n'était certainement pas mon propos. J'écris pour faire du bien... Merci du compliment.
·
Image de MCV
MCV · il y a
Vous écrivez (avec talent) ce que vous sentez devoir/pouvoir écrire, et c'est parfait comme ça. Après... le texte a sa vie propre et les réactions des lecteurs vous échappent. A eux de se dépatouiller avec ce qu'ils lisent!
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Merci pour ces mots gentils.
·
Image de Stephanie Bruzzone
Stephanie Bruzzone · il y a
Si poignant, si beau d’authencité...
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Merci.
·
Image de Cruzamor
Cruzamor · il y a
Pour avoir été là quand c'est arrivé, pour avoir su moi aussi que cela arriverait si tôt, trop tôt, et si douloureusement, j'ai pleuré. Puis, à mon tour, j'ai connu la nuit obscure ... et j'espérais bien qu'elle durerait toujours mais je suis là ! la mauvaise herbes ne crève pas : ne dit-on pas que ce sont les meilleurs qui s'en vont ? ça ne console pas du tout ... j'ai voté avec tristesse.
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Je compatis à votre douleur, je crois que peu de gents hélas peuvent se vanter de n'avoir jamais perdu un être cher. Quand à être malade soit même ce n'est pas le lot de tous mais c'est une dure épreuve, bien dure. Si mon poème a attisé votre tristesse je vous prie de m'excuser, ce n'était pas mon propos. Merci pour ce vote.
·
Image de Cruzamor
Cruzamor · il y a
Ne soyez pas inquiet ... juste j'ai profité de votre oeuvre qui m'a plu par sa véracité et vraisemblance et ressemblance ... pour me lâcher un peu, j'espère ne pas vous avoir blessé. Bravo pour ce texte.
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Me voilà rassuré, vous avez bien fait.
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
"Enfin je peux mourir"... Un texte pour aider ceux qui sont dans la détresse devant la souffrance d'un malade... Très émouvant !
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Merci, j'ai hésité à poster ce poème. Mais effectivement je pense qu'il y a un décalage certain entre les proches bouleversés par la disparition imminente d'un être cher et l'acceptation sereine de celui qui s'éteint délivré de la maladie. On serait presque tenté de croire que la plus grande souffrance n'est pas pour celui qui part. Comme disent les Américains, "la mort et les taxes!"
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Vous avez bien fait de le poster... Il apporte cette autre lumière... Merci pour l'avoir écrit et partagé !
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Je n'en mérite pas tant, merci.
·
Image de Anges Addison
Anges Addison · il y a
Etre là de souffrir... La mort ici apparaît comme une délivrance, bravo !! Mon vote :)
·
Image de Saint Eusèbes Poulpix
Saint Eusèbes Poulpix · il y a
Merci infiniment.
·